Valorisation des déchets

Le contexte

La loi de transition écologique pour la croissance verte a fixé d’ambitieux objectifs de recyclage et valorisation tant pour les déchets non dangereux (65 % de recyclage à échéance 2025) que dans le domaine des chantiers de bâtiments et de travaux publics (70 % de recyclage en 2020).

Ces objectifs structurent le Plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) de la région Occitanie adopté par le Conseil Régional le 14 novembre 2019.

En Occitanie, au-delà du recyclage des emballages ménagers, du compostage des déchets verts et tri des rebuts métalliques, cette valorisation est déclinée dans des formes très diverses pouvant bénéficier du concours de l’ADEME :

Production de gypse de recyclage à Lespignan (34)
Le gypse, matière première constitutive du plâtre, est infiniment recyclable pour autant qu’on s’assure de la préservation d’un bon niveau de pureté. À cette fin, l’usine de Lespignan retraite différents déchets de plâtre et autres chutes de pose, produits par les chantiers de bâtiment (construction, réhabilitation et déconstruction) afin de produire, après séparation des indésirables (cartons, métaux, etc.) des produits de granulométrie fine destinés aux industriels de l’industrie plâtrière.

Valorisation des combustibles solides de récupération en cimenterie
L’industrie cimentière est un gros consommateur d’énergie en partie d’origine fossile, notamment du coke de pétrole. Souhaitant limiter cette dépendance et donc réduire son empreinte environnementale, elle a de plus en plus souvent recours à des déchets, mais aussi à des combustibles solides de récupération, élaborés à partir de déchets spécifiquement sélectionnés et préparés à cette fin. Deux des trois cimentiers d’Occitanie sont ainsi accompagnés par l’ADEME pour intégrer ces nouveaux combustibles dans leur processus de fabrication.

Création d’une unité de fil cardé à partir de déchets de l’automobile 
La Sté Filatures du Parc (Brassac, 81) en collaboration avec les entreprises Adient (Laroque-d’Olmes, 09) et Renault, refait du fil à partir de bouteilles de PET et de ceintures de sécurité usagées. Ce fil cardé permet à la Sté Adient de faire du tissu destiné à la fabrication de sièges automobiles Renault.

Traitement de biodéchets dans une unité de compostage en Tarn-et-Garonne (Castelsarrasin) 
Un des moyens de diminuer les quantités de déchets stockés ou d’incinération est de les collecter séparativement, puis de les valoriser, notamment par compostage ou méthanisation. Depuis 2016, tout producteur de plus de 10 tonnes par an de biodéchets doit les faire traiter dans des unités agréées. Par exemple, l’unité de la société APAG collecte les biodéchets des gros producteurs et a construit une plateforme de compostage en aération forcée capable de traiter 1 825 tonnes de biodéchets en mélange avec 4 000 tonnes de déchets verts.

Intervention de l’ADEME

L’ADEME dispose d’un règlement d’intervention tant sur les études que sur les investissements permettant d’accompagner les opérateurs publics et privés dans leurs actions conduisant à la réduction de l’enfouissement, voire de l’incinération et donc à l’augmentation de la valorisation et du recyclage.

L’ADEME est également associée à la Région pour accompagner l’émergence de nouveaux projets, au travers d’appels à projets conjoints.