Nouveaux services à la mobilité

De nouveaux services à la mobilité ont émergé ces dernières années pour répondre à des demandes de déplacements diffuses dans le temps et dans l’espace (dues à l’étalement urbain et à des pratiques sociales qui évoluent), pour faire face aux limites des transports collectifs conventionnels, pour lutter contre une forme de précarité et d’exclusion en milieu rural, pour réduire le coût des déplacements ou pour offrir des alternatives à la voiture individuelle :

  • transport à la demande ;
  • Vélos en libre-service (VLS) ;
  • services complets autour du vélo ;
  • covoiturage ;
  • autopartage ;
  • billettique intermodale, etc.

Ces services trouvent leurs usages dans des situations où les bus, cars ou trains ne sont pas compétitifs : horaires décalés, zones d’habitat et d’emploi trop diffuses, charges lourdes ou volumineuses à transporter, etc.
Mis bout à bout, les nouveaux services à la mobilité et les transports collectifs constituent une palette multimodale complète, une alternative crédible et efficace à l’utilisation de la voiture particulière.

Le covoiturage

Titre image

Légende de l’image

Cela consiste à mettre en relation des personnes réalisant des trajets similaires. L’argument financier est mis en avant du côté des covoitureurs ; pour la société, le covoiturage permet de diminuer le nombre de véhicules en circulation, donc les émissions de polluants.
Quelques sites de covoiturage (parmi tant d’autres) :

L’autopartage

Titre image

Légende de l’image

Une voiture est inutilisée en moyenne 95 % du temps.

Pourquoi ne pas la partager avec d’autres personnes ? C’est l’autopartage, une voiture à plusieurs c’est plus rationnel : moins de frais, moins de nuisances, moins de circulation. C’est aussi plus convivial…

L’utilisateur abonné peut réserver un véhicule pour une durée déterminée ; il s’affranchit alors des contraintes liées à la possession d’un véhicule (assurance, entretien, carburant) toutes incluses dans le prix. L’autopartage a pour gros avantages de réduire le nombre de véhicules en circulation et en stationnement.

Une solution déjà opérationnelle à Nîmes, Montpellier, Narbonne et Perpignan avec Modulauto et à Toulouse et Ramonville avec Citiz Toulouse.